La Brigade anticorruption oeuvrant dans les provinces de Ruyigi et de Cankuzo (est) a brûlé 11,7 tonnes de sorgho périmé qu’elle avait saisies, rapporte mercredi la radio nationale.

Ce sorgho s’est détérioré dans les stocks de la Brasserie et Limonadéries du Burundi (BRAGITA, branche de Gitega) dont la direction avait ordonné de brûler par incinérateur toute la quantité du sorgho périmé.

Pour Rwamo Jésus, responsable de cette branche de la BRARUDI à Gitega, “c’est par erreur que ce sorgho est sorti de nos stocks, sinon nous avions donné l’ordre de l’incinérer parce qu’il ne constituait plus une matière première en bon état”.

Ntakoma Diomède, Commissaire régional de la Brigade anticorruption, ne l’a pas entendu de cette oreille et a soumis la question à Thomas Ntimpirangeza, président du Tribunal de Grande Instance de Ruyigi, qui a donné le feu vert de le brûler pour éviter que ce sorgho ne nuise à la santé de la population.