Le Chef de l’Etat réaffirme son engagement pour une presse libre et responsable
Partage
Le Chef de l’Etat Evariste Ndayishimiye a animé à Bujumbura, jeudi 28 janvier 20121, une séance de moralisation à l’intention des responsables des médias et des journalistes. Ces derniers ont été appelés à veiller au strict respect de l’ethique et de la déontologie qui régissent leur profession.

Cette séance de moralisation portait sur la place et le rôle des médias et des journalistes dans le développement du pays, selon le concept Réta Mvyeyi, Reta Nkozi (Gouvernement responsable et laborieux).

Ce fut l’occasion pour le Président de la République de rappeler que les médias ont un devoir social et un grand rôle à jouer dans le développement de la nation. Selon le Chef de l’Etat, un journaliste doit être un médiateur dans les conflits et doit éviter d’attiser les belligérances. Il les a donc demandés d’être disciplinés et les a exhortés à contribuer davantage à la sauvegarde de l’harmonie sociale.

Le Chef de l’Etat a fait remarquer qu’un journaliste peut déstabiliser comme il peut sauver une situation. Occasion de demander aux médias de toujours faire partie des solutions et éviter de faire partie du conflit.

Suivant le concept Reta Mvyeyi, Evariste Ndayishimiye a précisé que les leaders à tous les niveaux doivent veiller au bien-être de la population, à sa protection et à la bonne gestion de la chose publique. Le rôle des médias étant de contribuer à asseoir ces valeurs positives.

Il saisi cette occasion pour exhorter les médias à participer pleinement à l’émancipation intellectuelle de la population et les a invités à exercer consciencieusement leur métier.

Concernant le rôle des médias dans le concept Reta Nkozi, le Chef de l’Etat a demandé aux médias de dénoncer tout ce qui constitue l’entrave à l’harmonie sociale, aux droits de l’homme et au développement socio-économique. Il les a encouragés à collaborer avec l’administration pour former et informer la population sur les voies et moyens d’atteindre le développement. Il les a également invités à s’impliquer davantage dans la mise en œuvre des politiques nationales de développement socio-économique, en tant que citoyens burundais.

Concernant les préoccupations lui soumises par certains responsables des médias, relatives aux défis matériels, le Chef de l’Etat leur a promis que le Gouvernement du Burundi va se pencher sur ces questions, tout en rassurant que le secteur des médias sera toujours soutenu pour promouvoir une presse libre et responsable.

Pour joindre la parole à l’acte, le Président de la République a demandé au Conseil national de la communication de s’asseoir d’urgence avec les responsables des médias suspendus ou en situation de sanctions pour trouver des solutions en vue de leur permettre de ré-ouvrir leurs activités pour accompagner le Gouvernement dans ses programmes de développement.

Pour rappel, cette séance de moralisation a couronné un atelier-débat de deux jours qui était organisé du 27 au 28 janvier 2021 par le ministère de la communication, de l’information et des médias sous le thème:  » Jamais sans les médias ».

 
Par NYANDWI Dieudonné