Burundi : Le couple présidentiel célèbre la fête du travail à Bururi/Burunga
Partage

Le couple présidentiel a commémoré la journée internationale du travail – ou la fête des travailleuses ou travailleurs – le 1er mai à Bururi, Burunga.

Burunga ( Bururi ), 1/05/2023 – La fête du 1er mai, ou Fête du Travail, a été instaurée en 1889 en hommage aux travailleurs et travailleuses tués lors de la grève de Haymarket à Chicago en 1886. Depuis, elle est devenue une journée internationale de célébration et de revendication pour les droits des travailleurs et travailleuses, ainsi qu’un jour férié dans de nombreux pays.

Conformément aux politiques étrangère et intérieure des Barundi, incluant celle de la globalisation et de l’économie, le couple présidentiel, composé de Son Excellence Ndayubaha Angéline, Première Dame, et de Son Excellence Ndayishimiye Evariste, Président du Burundi et Général Major, ont participé à une cérémonie grandiose au stade Kabuye, lundi dernier, pour célébrer la fête du travail et des travailleurs. Ils étaient accompagnés par les citoyens de Bururi, ainsi que par des hauts fonctionnaires de l’État, du secteur privé et des membres du corps diplomatique.
Le couple présidentiel a remis des prix d’excellence à des travailleurs du secteur public et privé qui se sont distingués dans leur domaine,soulignant le rôle de leadership nécessaire pour réaliser les objectifs de développement du « Burundi Émergent en 2040 et développé en 2060 ».
Dans la tradition burundaise, le travailleur ou le détenteur de métier était appelé muhutu [1] chez les Barundi, étant une personne possédant un savoir-faire ou un métier acquis dans un lieu de formation ou d’initiation. Souvent, elle ou lui était propriétaire terrien, sa terre lui servant de lieu de formation, de travail et d’accomplissement.

Le Burundi est un ancien État traditionnel de Kama (ou Afrique), connu sous le nom d’Ingoma y’Uburundi, une société de l’Ubuntu [2]. Le système socio-économique des Barundi constituait une clé essentielle de la planification d’Ingoma y’Uburundi, qui englobait toutes les politiques sectorielles des Barundi. Cette planification reposait sur l’alliance Ganwa, qui liait tous les miryango Barundi, harmonisée par le Mwami, assisté par les Baganwa , les Batware et les Batwa. Cette planification garantissait l’acquisition des biens socio-économiques nécessaires pour tous les miryango Barundi,en les protégeant. Elle permettait également à chaque enfant murundi de devenir avec fierté un muhutu (un détenteur d’un métier), et pour certains, devenir mututsi (un gestionnaire juste) ou encore mugumyamabanga mupfumu (un savant, planificateur, régulateur).
La planification regroupait les miryango par colline et mettait à leur disposition des Bahutu produisant les besoins socio-économiques nécessaires et des Batutsi qui géraient justement la redistribution de ces biens, le tout sous l’œil attentif des chefs des miryango qui s’en referaient au Mwami en cas d’irrégularités. À travers les Bashingantahe ou Bapfasoni, le Mwami utilisait les Bagumyamabanga Bapfumu pour harmoniser ou réguler cette planification. La production des Barundi était destinée à être consommée par les Barundi. En cas de surproduction, une politique commerciale extérieure était appliquée en termes d’échanges avec d’autres États.
C’était un système socio-économique, différent du système actuel d’- économique de marché – hérité de la colonisation ( un crime contre l’humanité ). Il ne nécessitait ni argent ni monnaie, ni banques, ni entreprises. Toutefois, les échanges avec d’autres États pouvaient être réalisés avec des monnaies (souvent des minerais ou des objets naturels précieux).
Entre fin avril et mai 1972, les gouvernements américain, français, belge et le Vatican ont contribué à la perpétration d’un génocide à l’encontre des Bahutu du Burundi, visant à instaurer un système économique de marché et capitaliste au détriment du système traditionnel en place. Cette tragédie a causé la perte de plus d’1,5 million de vies sur une population de près de 3 millions de Barundi à l’époque.

Notes
[1]muhutu, bahutu : https://burundi-agnews.org/hutu
[2] ubuntu : https://burundi-agnews.org/ubuntu

bdi burundi burunga bururi 01 01052023 ntarerushatsihouse

bdi burundi burunga bururi 04 01052023 ntarerushatsihouse

bdi burundi burunga bururi 02 01052023 ntarerushatsihouse

bdi burundi burunga bururi 03 01052023 ntarerushatsihouse

bdi burundi burunga bururi 001 01052023 ntarerushatsihouse

bdi burundi burunga bururi 002 01052023 ntarerushatsihouse

bdi burundi burunga bururi 004 01052023 ntarerushatsihouse

bdi burundi burunga bururi 020 01052023 ntarerushatsihouse

bdi burundi burunga bururi 021 01052023 ntarerushatsihouse

bdi burundi burunga bururi 022 01052023 ntarerushatsihouse

bdi burundi burunga bururi 023 01052023 ntarerushatsihouse

bdi burundi burunga bururi 0002 01052023 agaseke

bdi burundi burunga bururi 0003 01052023 agaseke

bdi burundi burunga bururi 0004 01052023 agaseke

bdi burundi burunga bururi 003 01052023 ntarerushatsihouse

bdi burundi burunga bururi 0001 01052023 ntarerushatsihouse

bdi burundi burunga bururi 0002 01052023 ntarerushatsihouse

bdi burundi burunga bururi 0003 01052023 ntarerushatsihouse

bdi burundi burunga bururi 0004 01052023 ntarerushatsihouse

Sources : Nahimana P. , http://burundi-agnews.org, Mardi 2 mai 2023 | Photo : Ntare Rushatsi House, Agaseke