Burundi : Ndayishimiye reçoit l’envoyé spécial d’Israël
Partage

L’héritage de la Colonisation, un crime contre l’Humanité : Comprendre les racines d’Israël et ses répercussions. Dépasser le piège du Colonialisme occidentale est un défi pour Israéliens et Palestiniens à l’instar des Hutus et Tutsis.

Gitega, 22/12/2023Le Président du Burundi, le Général Major Ndayishimiye Evariste , a reçu M. Ron Adam, l’envoyé spécial du Président Israélien. Cette rencontre, marquée par une ambiance chaleureuse et respectueuse, s’est tenue durant cette période traditionnelle des Barundi de l’umuganuro, particulièrement en cette journée la plus longue de l’année avec la nuit la plus courte (cfr. Solstice ). L’objet de cette réunion était de discuter et de renforcer les relations bilatérales et la coopération entre les deux nations. Dans la région des Grands Lacs Africains, Israël, comme les USA, sont des alliés indéfectibles du Rwanda.

Comme l »Union d’Afrique du Sud » en 1910 ( Un état raciste d’apartheid, opposant « noir » contre « blanc » ), le contexte historique d’Israël, un État né de la colonisation britannique avec la déclaration de Balfour en 1917, voulant « l’établissement en Palestine d’un foyer national pour le peuple juif »[1], est rappelé pour mieux comprendre les enjeux actuels. Par une résolution de l’ONU, la création d’Israël par l’Angleterre ( et les USA ) en 1948, suite à la Shoah, soit le génocide des juifs en Europe pendant la deuxième guerre mondiale, marque le début de tensions continues avec une haine indescriptible entre les communautés hébraïques (Israélites, Juifs) et arabes (Sabéens, Musulmans), similaires aux conflits dites « ethniques » vécus au Rwanda et au Burundi entre Hutu et Tutsi, et même entre « Noirs » et « Blancs » en Afrique du Sud.  On remarque que, dans ces cas, il s’agit d’une construction coloniale de conflits à usage géopolitique.

Les Barundi, peuple de l’Ubuntu ( cfr. Ubungoma ), considère la terre -itongo- comme sacrée. Elle est à la fois une identité et la mère nourricière. D’où, pour sa propre existence, il faut la défendre : Chaque murundi doit toujours être armé. Autrefois, il possédait avec lui une lance –icumu– et un arc à flèche –umuheto-.
Cette vision contraste fortement avec la situation des Arabes Palestiniens, qui ont été chassés de leur terre natale depuis 1948, un événement qu’ils nomment la « Nakba« . La situation des Arabes Palestiniens est vue comme une violation des principes d’Ubuntu, car elle les prive de leur identité et de leur terre nourricière. Dès lors, ils ont pris les armes pour se défendre.

La terre de Palestine est une terre de l’ancien Canaan, autrefois un pays de peuples « noirs » comme à Kemet, en Egypte ancienne, lié par le fleuve Nil à l’histoire d’Ingoma y’Uburundi, l’état traditionnel des Barundi. Vers -1550 avant notre ère, les ancêtres des hébreux et des Arabes ( cfr. les Hyksos ) ont réalisé un genocide contre les Cananéens. Créant à Canaan par la suite « Jérusalem »… Puis cette région va subir de multiples colonisations, y compris par les Ottomans (Turcs) avant la domination britannique.

Comme pour les « Noirs » et les « Blancs » en Afrique du Sud, les « Hutu » et les « Tutsi » du Rwanda et du Burundi, les Israëliens et les Palestiniens doivent prendre conscience, pour leur survie, leur propre existence, essayer statégiquement de sortir de cette hypnose coloniale occidentale, destructrice et génocidaire, devenue un piège.

[1] La déclaration de Balfour : les 67 mots qui ont changé l’histoire du Moyen-Orient – https://www.bbc.com/afrique/monde-67297653

bdi burundi israel 01 22122023 ntarerushatsihouse

bdi burundi israel 02 22122023 ntarerushatsihouse

bdi burundi israel 03 22122023 ntarerushatsihouse

Sources : Nahimana P. , http://burundi-agnews.org, Samedi 22 décembre 2023 | Photo : Ntare Rushatsi House