Burundi / 13-05-2015 : Échec d’un coup d’État militaire – La révolution de couleur au Burundi.
Partage

Implications géopolitiques dans la région des Grands Lacs : Les Barundi se rappellent le coup d’État manqué de 2015 et la lutte pour l’indépendance face aux influences étrangères.

Gitega, 13/05/2024 – Ce lundi, les citoyens du Burundi se rassemblaient pour marquer le neuvième anniversaire du coup d’État militaire manqué du 13 mai 2015 [1], un événement qui aurait pu replonger la nation dans une ère néocoloniale, rappelant la dictature militaire de 1966 à 2005.

En 1996, la scène géopolitique autour des Grands Lacs africains était dominée par la guerre entre les États-Unis et leurs alliés, notamment le Royaume-Uni, face à la France.  En juillet de cette année, après le coup d’État miliaire orchestré par le dictateur Buyoya Pierre, la GUAN [2] commença à encadrer la société civile burundaise. L’objectif de la GUAN était de capturer l‘”Economie Sociale du Burundi”, la rendre dépendante financièrement pour transformer le pays en un allié stratégique et faciliter les changements de régime.
Bien que les États-Unis aient gagné leur guerre face à la France en Afrique suite aux Accords de Saint-Malo en 1998, en 2015, la GUAN voyait une nouvelle menace géopolitique émerger : la Chine. Selon la GUAN, le régime du CNDD-FDD, proche de la Chine, devait être changé, éliminé. Dès le printemps 2015, la société civile burundaise, soutenue par des médias privés et orchestrée par la GUAN, entamait des mobilisations. Sous couvert d’un troisième mandat prétendument inconstitutionnel, des manifestations violentes étaient mises en œuvre par les leaders de la société civile, avec l’appui des médias privés. En pleine période électorale, les États-Unis, avec le Rwanda, le Vatican, la France et la Belgique via l’Union Européenne, alignaient leur soutien derrière les manifestants opposés au régime CNDD-FDD. Cependant, le coup d’État militaire tenté le mercredi 13 mai par des officiers burundais en lien avec l’ambassade américaine échouait. En réaction, la GUAN initiait une guerre humanitaire contre le Burundi, qui s’achevait tragiquement avec la mort  ( cf: assassinat ) du Président Nkurunziza Pierre en 2020.

Avec le déclenchement de la guerre en Ukraine à la fin de 2022, le monde s’est tourné vers les BRICS+, entrant dans une ère multipolaire et signant la fin de la domination de la GUAN, instaurée depuis la fin de la guerre froide entre les États-Unis et l’URSS en 1989.
Aujourd’hui, au Burundi, le CNDD-FDD demeure au pouvoir.

NOTES :

[1] Ndayicariye Pierre Claver a sorti un livre – Burundi 2015 : Chronique d’un complot annoncé – https://burundi-forum.org/40277/ndayicariye-pierre-claver-a-sorti-un-livre-burundi-2015-chronique-dun-complot-annonce/

[2] Le Burundi face à la GUAN – Globalisation Unipolaire Américaine Néolibérale | https://burundi-forum.org/92533/le-burundi-face-a-la-guan-globalisation-unipolaire-americaine-neoliberale/

bdi burundi 2015 revolutiondecouleur 03 2020 ceni

Sources : Nahimana P. , http://burundi-agnews.org, Mardi 14 mai 2024