Suite à l’invitation du Gouvernement du Burundi l’Union européenne va déployer une Mission d’Observation Electorale (EOM) pour les élections des Députés et des Conseils Communaux du 26 mai et pour les Présidentielles du 26 juin. Il s’agit de la troisième mission d’observation de l’Union européenne qui a accompagné depuis la fin de la guerre civile toutes les étapes de consolidation démocratique du pays.

Federica Mogherini, Haute Représentante de l’Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité et vice-présidente de la Commission européenne, a nommé comme Chef Observateur M. David Martin, membre du Parlement européen.

“Avec son expérience dans le domaine de l’observation électorale, les droits de l’homme et les relations internationales, David Martin est bien placé pour guider les observateurs européens dans un contexte difficile qui m’inquiète particulièrement” a souligné la Haute Représentante. La situation au Burundi est critique. Je souhaite que les conditions pour des élections transparentes, inclusives et crédibles puissent être restaurées aux plus vite à travers le dialogue. La Mission d’Observation Electorale de l’UE sera là pour contribuer à renforcer la confiance dans le processus, si ces conditions sont réunies”.

De son côté David Martin a souligné que “ces élections présentent des enjeux majeurs pour le pays et la région des Grands Lacs. La Mission d’observation électorale de l’Union européenne au Burundi travaillera à côté d’autres observateurs régionaux et internationaux, notamment les Nations Unies (MENUB) et l’Union Africaine afin d’appuyer la transparence e la crédibilité du processus électoral. Mais au préalable, il est essentiel que l’intimidation et la violence cessent ainsi que les limitations au travail de défenseurs de droits de l’homme et des médias tels qu’observé ces derniers jours. Nous sommes confiants que le dialogue politique puisse reprendre au plus vite pour permettre la tenue d’élections crédibles, inclusives et non-violentes”.

Une équipe cadre de sept expert électoraux est basée à Bujumbura depuis le 24 avril. Si les conditions s’avèrent établies, la MOE déploiera au courant de la semaine prochaine un premier groupe de 20 observateurs à long terme qui, après une formation à Bujumbura, rejoindront leur zone de responsabilité dans le pays. Au total la MOE UE Burundi disposera, lors des scrutins sur l’ensemble du territoire burundais, de plus de 80 observateurs issus des Etats membres de de l’UE ainsi que de la Norvège, de la Suisse et du Canada.

Les missions d’observation électorale de l’Union européenne adhèrent à la Déclaration de principes pour l’observation internationale d’élections adoptée en 2005 à l’ONU ainsi qu’au code de conduite à l’usage des observateurs électoraux internationaux. Cette mission est indépendante de toute institution de l’UE ou de ses Etats membres et est tenue de rester neutre et respecter les lois du Burundi.