Une ONG dénonce le recrutement de réfugiés burundais au Rwanda par des groupes armés
Kigali, 14 déc 2015 (AFP) – Des Burundais réfugiés au Rwanda sont recrutés par des “groupes armés” en violation du droit international, dénonce l’ONG Refugees International (RI) qui appelle, dans un rapport publié lundi, la communauté internationale à “sanctionner” les responsables.

Dans ce rapport intitulé “Droit d’asile mis à mal : recrutement de réfugiés burundais au Rwanda”, RI pointe du doigt le “recrutement de réfugiés burundais à l’intérieur du camp de réfugiés de Mahama (dans le sud-est du Rwanda), par des groupes armés non-étatiques, dont le recrutement d’enfants”.
L’ONG américaine dit s’être basée notamment sur des témoignages récoltés au Rwanda en septembre et octobre 2015.

Plus de 70.000 Burundais, selon l’ONU, ont fui au Rwanda depuis le début des violences dans leur pays, provoquées par l’annonce fin avril de la candidature du président Pierre Nkurunziza à un troisième mandat, que l’opposition, la société civile et une partie de son propre camp jugent contraire à la Constitution et à l’Accord d’Arusha ayant permis la fin de la
guerre civile (1993-2006).

“L’armement des réfugiés burundais au Rwanda représenterait non seulement une grave violation du droit international, mais aussi une grave menace pour la paix au Burundi et l’ensemble de la région”, alerte Michael Boyce, l’un des rédacteurs du rapport.

L’ONG appelle le Rwanda, accusé par le Burundi de soutenir un embryon de rébellion, à s’assurer que “tout recrutement de réfugiés cesse immédiatement”. Elle exhorte aussi l’Union africaine (UA) et l’ONU “à sanctionner les acteurs – qu’ils soient burundais ou rwandais – violant le caractère civil et humanitaire du droit d’asile”.
Certains réfugiés disent avoir “été entraînés à l’intérieur du Rwanda (…) par des personnes parlant le kinyarwanda (langue nationale du Rwanda, ndlr) et portant des uniformes militaires”, détaille RI.

Selon l’ONG, qui milite pour la protection des personnes déplacées, des témoignages font état de “menaces verbales et écrites, de harcèlement, d’intimidations et d’agressions physiques à l’encontre des réfugiés qui refusent d’être enrôlés”.
La pression est telle que certains sont contraints de “dormir dans les douches ou les latrines” du camp pour échapper à leurs recruteurs, selon RI.

Toujours d’après ce rapport, certains réfugiés burundais assurent avoir été menacés d’arrestation par des responsables rwandais après s’être plaints des tentatives de les enrôler de force.