Lancement officiel des activités marquant la libération des détenus bénéficiaires de la grâce présidentielle
Partage
Le ministère de la justice a procédé lundi 26 avril 2021 au lancement officiel des activités marquant le début de la libération des détenus bénéficiaires de la grâce présidentielle. Au total, 5000 prisonniers vont bénéficier de la grâce présidentielle dans tout le pays dont 1000 de la prison centrale de Mpimba. Le Chef de l’Etat Evariste Ndayishimiye a rehaussé de sa présence ces cérémonies.
Dans son discours, le Président de la République Evariste Ndayishimiye a indiqué que le jour est venu de libérer un tel nombre de prisonniers, tout en saluant le travail abattu par le ministère de la justice dans la mise en liberté de ces prisonniers, la lutte contre les malversations économiques de même que la corruption.

Le Président de la République a rappelé que le Gouvernement n’est jamais satisfait de la surpopulation carcérale car, cela coute énormément cher au pays. C’est une perte énorme de la main d’œuvre, des dépenses publiques pour faire soigner les prisonniers les nourrir, etc », a exoliqué le Chef de l’Etat. Evariste Ndayishimiye a invité les agents de l’appareil judiciaire à prendre la décision d’emprisonner des gens en cas de force majeure surtout dans le but de faire respecter la loi. il leur a également de mandé de bannir le favoritisme ou le monnayage des litiges.

Le Chef de l’Etat déplore néanmoins le comportement de certains prisonniers qui, une fois qu’ils ont bénéficié de la grâce présidentielle, retombent toujours dans les mêmes erreurs. Il les a exhortés à éviter des récidives, à adhérer à des coopératives, à s’atteler aux travaux de développement pour le compte du pays en général et pour le compte de leurs ménages en particulier.

Le Président de la République a conseillé aux prisonniers d’afficher un bon comportement dans leur entourage. Et au voisinage des anciens prisonniers, il recommande de les accueillir chaleureusement comme des parents, frères et sœurs qui vont contribuer au développement du pays.

Le Président de la République a demandé par la même occasion aux pays étrangers qui hébergent des burundais qui ont commis des crimes au Burundi de les extrader afin qu’ils soient traduits en justice.

Quant au ministre de la justice Jeanine Nibizi, elle a indiqué que plus les maisons carcérales sont désengorgées, plus le pays en profite pour mieux prendre en charge les prisonniers restants. Elle a salué la volonté du chef de l’Etat de libérer un tel grand nombre de prisonniers. Jeanine Nibizi a fait savoir qu’au cours des deux derniers mois, sur plus de 12 milles dossiers pendants en justice, 9000 dossiers ont été exécutés alors qu’auparavant seuls 4 mille dossiers étaient clôturés.

La ministre Jeanine Nibizi a indiqué qu’au lieu de demeurer consommateurs des ressources de l’Etat, le ministère compte initier un programme d’instauration des travaux d’intérêt général afin de rendre les prisonniers plus productifs et utiles non seulement à la société mais aussi à eux-mêmes.

Il sied de mentionner que ces cérémonies ont vu la participation des hautes autorités du pays à savoir, le Vice-président de l’assemblée nationale, certains membres du Gouvernement, les hauts cadres de l’appareil judiciaire et de la police, les membres du corps diplomatique et consulaire accrédité au Burundi, les représentants des organisations internationales, les représentants des associations sans but lucratif, etc.

 
Par BIGIRIMANA Raphaël