Lutte contre les VSBG : encore beaucoup à faire
Partage
Le chemin vers la lutte contre les violences sexuelles basées sur le genre est encore long, a regretté le directeur de la Coopération suisse au Burundi. C’était ce 28 novembre au cours de la conférence de clôture du programme psychosocial régional. Le ministère chargé du Genre se dit satisfait par les impacts apportés par ce programme.

Lancé en 2011, le programme régional psychosocial a travaillé sur le renforcement de la paix, le développement économique sans toutefois le laisser de côté la lutte contre les violences sexuelles basées sur le genre à l’égard des femmes et les filles dans trois pays des régions des Grands lacs.

Parmi les actions menées en matière de prévention contre les VSBG, Boris Maver, directeur de la Coopération suisse au Burundi, a cité la prise en charge psychologique des victimes de ces violences, assurer leur réintégration au niveau communautaire.

Néanmoins, le chemin de la lutte contre les VSBG est encore long malgré ces différents efforts fournis en la matière, a-t-il regretté. Le directeur du bureau de la Coopération suisse au Burundi a interpelé le gouvernement à s’approprier de ce programme en institutionalisant l’approche psychosocial au niveau des communautés.

« Nous plaidons pour ce fait pour une mise en disposition par le gouvernement d’une ligne budgétaire dédiée pour cette action pour accroître son efficacité », a-t-il ajouté en réitérant l’engagement de la Suisse d’appuyer le gouvernement burundais à lutter contre les VSBG même après ce programme psychosocial régional.

Le ministère chargé du Genre a salué les impacts apportés par ce dernier dans les zones d’intervention. Toutefois, Pontien Hatungimana, secrétaire permanent de ce ministère lui aussi a dénoncé la recrudescence des cas des VSBG malgré les efforts du gouvernement et ses partenaires.

« Le gouvernement fera de son mieux pour que cette approche psychosociale soit institutionalisé au niveau du ministère et dans les communautés », a-t-il confié. Et de rassurer que le ministère soit suffisamment outillé en la matière.

Au cours de cette conférence de trois jours, les partenaires de ce programme régional psychosocial en provenance de la RDC, du Burundi, du Rwanda sont attendus à proposer des approches durables pour éradiquer le mal causé par les VSBG. Un musée temporaire des femmes régionales a été érigé pour de rendre hommage aux femmes engagées dans la promotion et la défense des Droits de la femme

A l’occasion du clôture du Programme Psycho-Social Régional et dans l’objectif de rendre hommage à la résilience des femmes des la sous région, un musée temporaire des femmes est ouvert au public à l’hôtel source du Nil durant toute les trois jours de la conférence.

Par    (Iwacu)