L’ARCP, suffisamment outillée pour pouvoir bien conduire les négociations des contrats gagnant-gagnant.
Partage
Le personnel l’Agence d’Appui à la Réalisation des Contrats de Partenariat public-privé (ARCP) a bénéficié une formation sur les techniques des négociations des contrats PPP grâce à l’appui financier de la BAD à travers son projet PARMOCAF. Les bénéficiaires affirment que les techniques apprises leur permettront de nouer des contrats bien équilibrés.

« Des thématiques en rapport avec l’identification des projets PPP, les évaluations préalables, les négociations des contrats, etc. ont été développées », a témoigné Gérard Manariyo, un des cadres de l’ARCP qui a participé à la formation durant toute la période du 06 Novembre au 22 décembre 2023, à Bujumbura. Il poursuit en faisant savoir qu’il a appris comment faire des appels d’offre, comment trouver et développer des mécanismes de passation des contrats PPP suivant la spécification du contrat et du projet.

Hermès Gahimbare, chef de service communication, formation et coopération internationale à l’ARCP, a, lui aussi, bénéficié de la formation rendue possible par le gouvernement du Burundi grâce à l’appui financier de la BAD. « Vraiment, c’est une formation très importante », juge-t-il. Il explique qu’elle permet de pouvoir s’imprégner des pratiques internationales de passation des contrats des PPP.

La direction satisfaite

« C’est une formation qui a été très bénéfique de la part du personnel », a réagi de son côté, Jeanne d’Arc Igirimbabazi, directrice de l’ARCP. Elle soutient que ledit personnel a pu, à travers la formation, renforcer ses compétences en matière de PPP. « Le contenu des modules nous donne de l’espoir ». L’application des connaissances nous permettra d’évoluer et surtout de faire face aux cabinets privés qui sont engagés par les partenaires. » Elle n’a pas oublié d’exprimer son sentiment de gratitude à la BAD, qui d’ailleurs a financé son institution, dès sa création.

« Pendant la formation, plusieurs aspects ont été abordés », fait apprendre Jérôme Ndereyimana, formateur. Ce consultant attaché à l’École nationale d’administration, ENA en sigle, affirme qu’après la formation, ses formés étaient confiants. « La maîtrise se montre avec les échanges, à travers des discussions que nous faisons. » Il dit merci à la BAD pour avoir octroyé un financement sans quoi la formation n’aurait pas eu lieu. « Cela permet aux États dont le Burundi d’atteindre leurs visions », a-t-il commenté.

Selon Jimmy Bankamwabo, Directeur développement à l’institut COMPASS et chef d’équipe des formateurs, les formations dispensées concernent les certifications universitaires du programme de budget en PPP, mais également une formation sur mesure appliquée aux investissements directs étrangers.

Par   (Iwacu)