Le nouveau représentant de l’ONU pour la région des Grands lacs, Saïd Djinnit, entame mercredi sa première tournée dans cette vaste zone instable d’Afrique centrale où il entend favoriser l’établissement d’une paix durable, a annoncé l’ONU.

M. Djinnit est “en visite dans la région du 20 août au 15 septembre prochains” et commence sa tournée par “Nairobi où se trouve son bureau”, a déclaré à la presse Charles Bambara, chargé de l’information publique à la Mission de l’ONU en République démocratique du Congo (Monusco).

“L’objectif de cette tournée (…) est de se mettre en contact avec les différentes autorités” des pays des Grands lacs et de “rencontrer aussi les partenaires dans le cadre de la mise en oeuvre de l’accord cadre d’Addis-Abeba pour la paix, la sécurité et la coopération dans la région”, selon M. Bambara.

Il n’a pas délivré l’itinéraire de M. Djinnit, et aucun responsable onusien n’était joignable dans l’immédiat pour préciser son parcours.

Fin février 2013, onze pays africains ont signé à Addis-Abeba un accord selon lequel ils s’engagent à ne soutenir aucune rébellion dans l’Est congolais, en proie à une instabilité chronique depuis vingt ans et où sévissait alors le Mouvement du 23 mars (M23), une rébellion soutenue par le Rwanda et l’Ouganda, selon l’ONU.

De son côté, la RDC devait s’engager à mener diverses réformes (politique, sécurité, social…). Mais le M23, dont la branche militaire a été vaincue début novembre 2013 après un an et demi d’existence, a plusieurs fois accusé Kinshasa de ne pas respecter sa part du contrat.

La nomination de l’Algérien Saïd Djinnit comme représentant spécial pour la région des Grand lacs a été annoncée le 17 juillet. Nommé par le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon, il succède à l’Irlandaise Mary Robinson, devenue envoyée spéciale de l’ONU pour le changement climatique.