Burundi – EAC : Défis géopolitiques et globalisation
Partage

La diplomatie régionale en ébullition : Le Burundi et l’EAC face à des enjeux géopolitiques complexes

Bujumbura, 7/05/2023 – Dans un contexte diplomatique en lien avec la politique étrangère des Barundi et l’East African Community (EAC), le Président du Burundi, S.E. Ndayishimiye Evariste ( Général Major ), a récemment accueilli en audience M. Uhuru Kenyatta, ancien Président du Kenya et Facilitateur désigné de l’EAC pour le processus de paix à Nairobi en RDC Congo. Les discussions ont porté sur la préparation du prochain sommet de l’EAC, en tenant compte des conclusions du récent 11ème Sommet qui s’est tenu à Bujumbura, ainsi que sur les enjeux géopolitiques régionaux liés à la situation en RDC Congo.

Le Président de la RDC, S.E. Tshisekedi Félix, exprime sa frustration envers le Président actuel du Kenya, qu’il estime adopter une approche similaire à celle du Rwanda [1]. Lorsque les troupes kényanes sont arrivées en RDC au sein de la Force Régionale de la Communauté de l’Afrique de l’Est dans l’est de la RDC, dans le but d’aider l’État à lutter contre la rébellion du M23, d’origine rwandaise, il était convenu que leur présence servirait à rétablir l’ordre conformément au droit international et à la souveraineté de la RDC. Cependant, les soldats kényans ont interdit l’accès à certains territoires aux forces armées congolaises (FARDC) ainsi qu’au M23. Par conséquent, la RDC souhaite désormais mettre fin à la présence des soldats kényans sur son territoire.
Le général kenyan Jeff Nyagah, qui était également le commandant de la Force Régionale de l’East African Community dans l’est de la RDC, a été contraint de démissionner en raison de cette violation de la souveraineté congolaise par son pays, le Kenya. Le Kenya a rapidement nommé un remplaçant sans le consentement de l’EAC, ce qui a suscité la réaction de S.E. Tshisekedi, qui demande des clarifications sur cette situation.
Au sein de la région des Grands Lacs africains, le Kenya et le Rwanda sont considérés comme deux États totalement intégrés à la mondialisation. Leur souveraineté est désormais liée à la globalisation plutôt qu’à la démocratie et aux intérêts de leurs peuples respectifs. Ces pays dépendent de l’industrie des multinationales, où les dirigeants politiques, militaires, de la société civile et des médias sont rémunérés par des sources de financement privées, telles que la philanthropie. Cette tendance est également observée dans de nombreux pays européens, notamment en France, où des présidents tels que Hollande et Macron ont été perçus comme des « Young Leaders » au service de la mondialisation plutôt que de leurs concitoyens.

Après la chute de l’Union soviétique et du modèle économique communiste, la globalisation a pris son essor à la fin des années 1980, portée par des milliardaires capitalistes fervents défenseurs de l’économie de marché. Cette tendance s’est concrétisée avec le Consensus de Washington, donnant naissance à des entités internationales privées telles que les multinationales.
Les multinationales offrent aux milliardaires, principalement américains, une plateforme pour s’étendre à l’échelle mondiale. Afin d’éviter de payer des impôts dans les pays d’accueil et dans leur pays d’origine, ces dirigeants ont recours à des stratégies d’optimisation fiscale et créent des fondations. Ces entités, bénéficiant d’exonérations fiscales, permettent de rapatrier une partie des profits générés par les multinationales, les soustrayant ainsi aux finances publiques de leur pays d’origine. On parle alors de philanthropie privée.
Paradoxalement, les multinationales semblent modestes tandis que leurs fondations deviennent plus riches que de nombreux États à travers le monde. Les milliardaires « philanthrocapitalistes » utilisent leurs fondations pour investir dans l’Economie Sociale des pays qui les intéressent, que ce soit à travers la société civile ( Dont les associations de militaires ), les médias ou les partis politiques. Cette approche leur confère un pouvoir politique influent, notamment lors des élections démocratiques dans ces pays.
Ainsi se déploie la globalisation, où ces fondations, dirigées par des philanthropes qui sont également les chefs d’entreprises multinationales ou leurs actionnaires, exercent une influence considérable sur les États. Elles agissent comme des instances dirigeantes, façonnant les politiques et les décisions aux niveaux national et international, au détriment de la souveraineté des peuples et des États. En fin de compte, cela conduit à une dilution des États-nations, mettant en péril leur existence même.

Depuis 3 ans, le Burundi plonge peu à peu dans les bras de la Globalisation [2]

NOTES :

[1] Pourquoi le modèle du Rwanda perturbe le Burundi, ses voisins et l’Afrique ? – https://burundi-agnews.org/economie/pourquoi-le-modele-du-rwanda-perturbe-le-burundi-ses-voisins-et-lafrique/
[2] Bilan : Pourquoi le Burundi, de 2020 à 2023, plonge dans les bras de la Globalisation ? – https://burundi-agnews.org/bilan/bilan-pourquoi-le-burundi-de-2020-a-2023-plonge-dans-les-bras-de-la-globalisation/

bdi burundi kenya globalisation eac 01 07052023 ntarerushatsihouse

Sources : Nahimana P. , http://burundi-agnews.org, Mercredi 10 mai 2023 | Photo : Ntare Rushatsi House