Nous dénonçons activement les fabrications médiatiques grotesques et irresponsables de la RFI qui nous lient aux “actes de violences sexuels” qui se perpétreraient dans certains milieux contestataires de Bujumbura. Cela entre dans la continuation d’une vaste campagne de diabolisation et de médisance dont la ligue des jeunes Imbonerakure a été victime depuis l’accession au pouvoir par le cndd-fdd.

Elle est orchestrée par certains hommes politiques en manque de visions et quelques activistes en pleine détresse et relayée par certains médiums locaux et étrangers dont la R.F.I . Nous protestons énergiquement contre ces allégations et faisons savoir que nous allons saisir la justice contre Sonia Rolley, journaliste fondatrice de ces accusations clownesques.

Nous en profitons pour démentir, devant l’opinion nationale et internationale, les propos faisant état de la participation des membres de la ligue des Jeunes Imbonerakure dans les activités imputables aux forces de l’ordre et/ ou de défense. Nous sommes une jeunesse qui croit sincèrement que la violence n’est pas une option pour régler nos différends sociaux. C’est pourquoi nous privilégions le dialogue inter-burundais comme la seule voie pour sortir de cette crise. Le chemin de la violence, de l’invention des témoignages et de la division de la population est complètement verrouillé.

Enfin, que la population en général et la jeunesse en particulier reste sereine et qu’elle tienne tête haute face à ceux qui veulent faire basculer notre chère patrie dans une logique des violences sociales.

La Ligue des Jeunes CNDD-FDD (Imbonerakure)