source : 15 août 2014 par L’Agence de Presse © Xinhua
Le Conseil National pour la Défense de la Démocratie -Force de Défense de la Démocratie (CNDD FDD), parti au pouvoir au Burundi, défend bec et ongles les jeunes Imbonerakure lui affiliés accusés par l’opposition et certaines organisations de la société civile d’enfreindre la voie de la démocratie.

Onésime Nduwimana, porte-parole de ce parti, a déclaré jeudi devant la presse que les Imbonerakure “sont des jeunes qui prennent le devant dans la construction des écoles, des centres de santé, le traçage des routes, la propreté des villes et consort en répondant massivement tous les samedis aux travaux de développement communautaire souvent boycottés par l’opposition et une certaine société civile, d’où l’acharnement envers eux”.

Alors qu’ils sont souvent accusés d’avoir une part importante dans l’entretien d’un climat politique tendu, d’assassinats d’ opposants, de répression contre la liberté d’expression et de réunion et d’impunité, “les Imbonerakure sont invités à participer aux comités de sécurité (..) et sont soumis à la loi tout comme les autres Burundais”, a affirmé M. Nduwimana.

Il a condamné “une certaine opinion relayée souvent par une certaine presse qui se plaît à convertir tout criminel et tout délinquant en un Imbonerakure”.

Les membres de la Ligue des jeunes du CNDD FDD, âgés de 18 à 35 ans, sont considérés comme Imbonerakure (guetteur).