C’est en zone Kizuka sur le RN 3, Bujumbura–Rumonge que ces hommes à bord de trois minibus de type Toyota Hiace ont été interceptés et arrêtés dans la nuit de ce mercredi 27 juillet vers 21 heures par les forces de l’ordre.

Selon des sources administratives, ces 46 hommes dont 3 chauffeurs et un convoyeur, avaient dans leurs véhicules 4 fusils de type AK-47, des munitions, 104 tenues militaires, policières et même de l’API, la brigade spéciale de protection des institutions. Il y avait également plusieurs effets militaires et même du cannabis.

Parmi ces présumés combattants figurent deux militaires et un policier. Le gouverneur de la province Rumonge, Juvénal Bigirimana, n’a pas précisé s’ils sont en activité ou déserteurs.

D’après ces mêmes sources, à part ces chauffeurs et ce convoyeur qui sont des natifs de Rumonge, la majorité de ces présumés combattants sont originaires du Mugamba, une commune taxée de contestataire et en proie à l’insécurité.

Pour le gouverneur Juvénal Bigirimana, l’objectif de ces présumés rebelles était de perturber la sécurité au sud du pays. Ces hommes étaient en provenance de Bujumbura. Mais cet administratif affirme qu’ils ont avoué être partis du Rwanda avant de transiter par la République Démocratique du Congo.

(Iwacu 29/07/16)